Tokyo Kodo - Le parfum français rencontre l'encens japonais

 

À zen minded nous sommes toujours ravis de trouver des personnes créatives qui partagent notre passion pour l'artisanat japonais, en particulier lorsqu'elles peuvent apporter l'art d'une autre culture pour créer une fusion interculturelle innovante.

Nous avons récemment eu la chance d'interviewer Chikako et Geoffrey Perez de Tokyo Kodo - une nouvelle marque d'encens japonaise passionnante. Ce qui rend leur concept unique, c'est qu'ils ont réussi à combiner l'art olfactif ancestral de l'appréciation de l'encens japonais, avec l'enchantement du parfum français.

 

Tokyo Kodo

Geoffrey & Chikako de Tokyo Kodo , assis devant des tas de copeaux de bois d'agar brut à leur siège à Tokyo

 

Chikako a étudié à l'Institut de parfumerie de Grasse dans le sud de la France, et après avoir obtenu son diplôme, elle a rejoint un stage dans une entreprise de parfumerie dans la ville natale de Geoffrey. À cette époque, Geoffrey travaillait avec le côté ingrédients naturels de l'entreprise, afin qu'il puisse l'aider à choisir les meilleurs ingrédients et parfums naturels à utiliser. Il était le seul à pouvoir parler anglais dans l'entreprise, et c'est ainsi qu'ils se sont rencontrés pour la première fois.

Nous avons parlé avec Chikako et Geoffrey à leur QG basé à Tokyo

   

Pouvez-vous parler un peu de votre parcours à nos lecteurs ? Comment Tokyo Kodo a-t-il été conçu pour la première fois ?

Chikako : Pour moi, Tokyo Kodo est lié à la nature, de l'intérieur de notre encens. Nous avons besoin de la nature dans nos vies. Quand j'étais en France, j'étais toujours entouré par la nature. Parce que j'ai grandi à Tokyo, j'étais sensible aux changements de saisons - comme c'est fantastique d'être entouré par la nature ! je voulais créer ce sentiment.

Geoffrey : Pour moi c'est l'inverse - je suis venu de Grasse, à Tokyo, je n'étais jamais allé dans une grande ville avant. Pour moi son énergie - Grasse c'est comme un arc-en-ciel, beaucoup d'énergie, et on se sent très bien !

Chikako : Lorsque j'étudiais la parfumerie, j'ai réalisé que les matières venaient du monde entier. Le bois de santal vient d'Inde, les fleurs viennent de France, les agrumes d'Italie - tout est mélangé dans la parfumerie normalement. Quand j'ai réalisé cette histoire, j'ai pensé 'pourquoi ne pas faire de l'encens pour notre création ?'. Des pays différents, mais la nature est toujours liée. La nature est harmonieuse - par exemple, le bois de santal peut bien fonctionner avec la lavande, tout est lié dans la nature.

 

Chikako, vous venez d'une famille d'encens traditionnels basée à Tokyo. Pourquoi avez-vous choisi d'étudier la parfumerie à Grasse, en France ?

Chikako : Ma sœur avait déjà rejoint notre entreprise familiale et avait découvert l'encens traditionnel japonais, puis après le tremblement de terre de Fukushima en 2011, j'ai décidé d'aider mon entreprise familiale aussi, mais je ne voulais pas suivre les pas de ma sœur. Je voulais connaître un autre aspect - peut-être combiner le parfum occidental avec les techniques traditionnelles japonaises. J'ai pensé que cela pourrait être une bonne façon pour notre avenir. Alors cette idée est venue avant d'aller à Grasse. Puis j'y ai étudié la parfumerie, ce qui a renforcé mon idée de créer un nouveau type d'encens.

 

Copeaux de bois d'agar brut

Pendant que nous discutons, nous apprécions le parfum incroyable des copeaux de bois d'agar pur - le bois d'agar est un ingrédient traditionnel utilisé dans l'encens japonais.

 

Quelles sont les origines de votre intérêt et de votre amour pour l'encens ?

Chikako : Sans encens, je ne peux pas imaginer ma vie, car cela a toujours fait partie de ma vie. Je n'ai donc aucune expérience sans encens dans ma vie. L'encens est mes racines. J'ai grandi dans la maison de mon grand-père, et j'ai grandi avec l'odeur du bois et de l'encens, qui a toujours soutenu mon cœur. Il a dit "vous pouvez conserver l'encens pendant 100 ans comme la fermentation - l'odeur mûrit, comme le vin ou le whisky".

 

 

 

Comment associez-vous les matières parfumées de Grasse, dont diverses huiles florales, aux ingrédients traditionnels japonais ?

Geoffrey : Parfois, ce n'est pas un bon moyen. Certaines choses que nous essayons ne correspondent pas bien, mais cela rend les choses intéressantes ! Pour moi, c'était du citron - nous pensions que c'était une bonne idée, mais quand vous le brûlez, il n'y a rien ! le citron est une note de tête - vous le sentez rapidement. Mais quand vous brûlez, il est facile de disparaître. C'est donc un autre défi pour nous. Les parfums floraux sont difficiles comme ça, généralement ce sont des notes de tête. Les notes de tête sont assez compliquées (pour l'encens). Même avec un bois - ce n'est pas comme vous le pensiez, quand vous brûlez c'est une autre histoire. Notes de bois, ce sont des notes de fond, donc pas de problème ! mais le citron, l'orange, c'est très difficile ! Le processus a donc nécessité quelques expérimentations, ce qui est très intéressant.

Chikako : Lorsque je crée un parfum, je dois vérifier avec la poudre d'encens. Lorsque je combine la base d'encens, le parfum change, je dois donc revenir en arrière et le recréer. Accordez-le et faites de légères modifications. Le processus a pris environ 2 ans pour Carotte d'amour, mais maintenant nous sommes plus rapides. Mon père et mon grand-père ne savaient pas utiliser les matériaux occidentaux, j'ai donc dû repartir de zéro. Je connaissais les matières traditionnelles comme le bois de santal et le bois d'agar, mais je ne connaissais pas les fleurs et ces matières à parfum. Par exemple, le citron, nous avons peut-être 20 parfums de citron différents - de l'amer au sucré.

Geoffrey : Pour moi, je connaissais l'huile de parfum, mais je n'avais aucune idée de l'encens.

 

L'atelier de création de parfums de Tokyo Kodo est caché dans la nature - Préfecture de Gunma, au nord de Tokyo

 

Comment est-ce de travailler ensemble ?

Chikako : Il a grandi à Grasse et j'ai grandi dans une ville urbaine, donc parfois je suis tellement intéressé à entendre ses souvenirs d'enfance. Par exemple, quand il était jeune, il jouait toujours dans un champ de lavande, mais je n'ai jamais eu ce genre d'expérience à Tokyo. La culture différente et l'expérience sont bonnes pour moi.

Geoffrey : J'ai grandi avec seulement la nature. Nous sommes différents mais comme une unité, c'est bien de s'inspirer les uns les autres. Elle a une manière plus créative, j'ai une manière plus logique, donc nous nous soutenons mutuellement. Elle crée le parfum, je crée l'encens (Chikako conçoit les parfums, Geoffrey les mélange). Donc c'est bien que nous soyons différents, des rôles différents qui se soutiennent mutuellement.

 

Parlez-nous un peu plus des principaux thèmes et inspirations derrière vos parfums :

Geoffrey : Carotte d'amour – à Grasse, elle est tombée amoureuse de la graine de carotte, et ça lui a touché le cœur. Cela a pris beaucoup de temps, d'essais et d'erreurs. Le parfum français est comme l'art. Parfum - c'est très artistique. Quand j'ai vu ces parfums, j'ai voulu créer quelque chose comme ça pour l'encens. Mais le parfum, c'est un autre type de carotte - graine de carotte. L'odeur est différente de celle des carottes. Et il y en a un en particulier dont elle est tombée amoureuse. À l'institut, ils ont de nombreux types de graines de carottes. Pour Carotte d'amour, près de 30 ingrédients ont été utilisés : orange, bois de santal, graines de carotte, aspect floral blanc – de nombreux ingrédients, comme le parfum.

Chikako : Murmure de la Forêt – Avec cet encens, je pense à la maison de mon grand-père quand j'étais jeune. Je veux créer ce genre d'odeur, comme un souvenir d'enfance pour moi. Je voulais en faire un encens de parfumerie, cette idée. bois de santal, patchouli, beaucoup de matières différentes. Mon imagination est comme le chemin du bois d'agar – de nombreuses couches de parfum. Des épices, de l'encens, beaucoup de notes boisées, pour créer l'image de la forêt. Sentir ce parfum frais, comme la forêt vous murmure.

Lavande: Je pouvais sentir beaucoup de différents types de lavande à Grasse. J'ai essayé de visiter toutes les montagnes de la région et de sentir la lavande de différents champs. Haut dans les montagnes, il a une odeur différente. Je voulais créer un autre type d'encens à la lavande, et cette lavande de montagne me convenait très bien - je l'ai trouvée ! Cette lavande est comme du miel, fruitée - c'est très profond ! c'est pourquoi je ne veux pas combiner d'autres matériaux, juste du bois de santal et de la lavande. C'est donc un parfum très pur. Complexe, fruit & miel. 

Lotus: Mon père et mon grand-père aiment beaucoup le lotus. C'est très lié à la culture bouddhiste. Mon père a demandé 'Pouvez-vous essayer de faire une odeur de lotus?' Mon grand-père prenait toujours une photo devant des fleurs de lotus. Je voulais créer ce parfum pour ma famille.

Glycine : quand j'étais en Europe, il y avait beaucoup de glycines – c'était tellement incroyable ! À Grasse, en se promenant dans la ville, il y a des fleurs de glycine qui poussent sur beaucoup de murs, et le parfum m'a rappelé ma ville natale au Japon. C'est pourquoi j'ai pensé que ce serait un bon parfum pour notre collection. Celui-ci est façonné comme un parfum.

 

Pendant votre séjour à Grasse, y a-t-il eu des fleurs en particulier avec lesquelles vous avez ressenti un lien fort ?

Chikako : Je suis d'abord tombée amoureuse de l'odeur de Carrot Seed. C'est pourquoi mon premier parfum est devenu Carotte d'amour. Pour moi, la graine de carotte est terreuse et similaire à l'osmanthus. Il a une profondeur dans laquelle je peux vraiment sentir beaucoup de variété. Donc, même avec juste Carrot Seed, je pouvais voir beaucoup de couleurs. Tons orange soleil, jaune et marron – très complexes.

 

 Carotte d'amour

 

Comment diriez-vous que votre encens diffère des autres marques d'encens japonais ?

Chikako : Combiner l'encens japonais traditionnel et le parfum français - c'est artistique pour moi. Je travaillais pour une entreprise de design textile au Japon, et faire de la couleur est pour moi la même chose que régler le parfum. Quand je faisais du parfum, je pouvais voir les couleurs. Quand je suis allé en France pour la première fois et que j'ai senti certaines des fleurs naturelles qui poussaient, j'ai senti certaines d'entre elles toucher profondément mon cœur. J'ai réalisé que quelque chose touchait mon cœur et je voulais créer ce sentiment pour l'encens. Je pensais qu'en Occident, les gens utilisent beaucoup de parfum. J'ai donc pensé à utiliser de l'encens comme parfum d'intérieur - comme si ce parfum pouvait être bon pour le matin ou un parfum de nuit, comme la façon dont les gens en Europe utilisent le parfum.

Geoffrey : L'encens dépend du lieu, de l'atmosphère, de la météo - ça change. Si vous utilisez un diffuseur, l'odeur sera toujours la même car c'est de l'huile, mais avec de l'encens c'est différent car il brûle. L'encens, parce qu'il est en bois, absorbe l'atmosphère, et une subtile différence se crée.

Chikako : Pour moi, le parfum dépend de la peau de différentes personnes, car la peau contient différentes huiles, ce qui peut modifier la réaction et l'odeur.

Geoffrey : C'est la magie de l'encens. C'est toujours en train de changer.

 

Nous sommes fiers de proposer la première collection de Tokyo Kodo , composée de 5 parfums différents, avec des ensembles comprenant un porte-encens en céramique fait à la main. Des recharges et des échantillonneurs sont également disponibles. Cliquez sur ce lien pour découvrir la gamme complète d'encens Tokyo Kodo.

01 septembre 2018 par James J.
Article plus ancien / Message plus récent